DSC_0108

Il est temps d’ouvrir un chapitre majorquin que je m’étais, jusque-là, bien gardé d’évoquer. Et pour cause, Sóller fût une véritable parenthèse au cœur de la parenthèse et méritait, à ce titre, son propre article.

Après avoir passé la journée du samedi à sillonner Palma – plus de 20km de marche au compteur – on se lève dimanche matin, sans être pressés par le temps. On décide de sauter l’étape du petit-déjeuner, on se prépare tranquillement et on claque la porte de l’appartement : direction le Ferrocarril de Sóller, juste en face de la Plaça d’Espanya, de l’autre côté de la ville. On profite du trajet à pieds pour s’imprégner de l’ambiance de vacances qui règne,  s’arrêter prendre quelques photos et redécouvrir la Plaça Major, occupée par de nombreux artistes de rue. Arrivés à notre point de « rendez-vous » sur les coups de 10h30, on fait la queue patiemment pour prendre nos billets avant de montrer dans le train.

Le Ferrocarril de Sóller, c’est une voix ferrée qui date du 20ème siècle, d’un peu moins de 30km et qui relie le charmant et pittoresque village de Sóller à la capitale, Palma. Le train d’époque, traverse pendant un peu plus d’une heure les paysages montagneux et rustiques de la Tramuntana et offre une vue superbe sur les petits villages, nichés dans les vallées.

DSC_0065

DSC_0106

DSC_0070

DSC_0107

DSC_0086

DSC_0109

Arrivés à Sóller sous un soleil de plomb et après avoir bien profité de la vue, on continue notre route en prenant le tramway qui nous amènera jusqu’au Port, son terminus. Pour le ventre sur pattes que je suis, la faim se fait sentir, il est temps de trouver une jolie table en terrasse pour déjeuner avant de se balader. Justement, c’est en se promenant le long des bateaux qu’on trouvera notre bonheur : poisson à la plancha, pâtes, petits légumes et sorbet à l’orange. En prime, on a le droit, à l’ombre des parasols, à la jolie vue sur le port de plaisance avec la montagne en arrière plan.

DSC_0092

DSC_0096

Pour digérer, on décide de longer la Carrer de la Marina pour prendre un peu de hauteur en s’aventurant dans les ruelles grimpantes, jusqu’au Phare. D’ici, on peut avoir une jolie vue sur les falaises, écouter le bruit de la mer qui vient s’écraser contre la roche et de l’autre côté, apprécier le panorama sur la petite ville touristique. Chaque élément s’intègre parfaitement au paysage et donne à cet endroit une vraie allure de carte postale. Yachts, petits bateaux de plaisance, maisons de vacances accrochées sur les hauteurs, dans une végétation dense, et toujours, la montagne en fond.

DSC_0098

DSC_0101

On redescend, tout en bavardant pour filer du côté de la petite bande de sable blanc, qui fait office de plage. D’ici, on a une vue sur la baie, le petit phare et la mer azur. Et surtout, on peut s’adonner à l’activité préférée des espagnols quand il fait un peu trop chaud : la sieste, en plein soleil. Après tout, c’est les vacances ! Pour les français aussi apparemment, puisqu’on croise quelques touristes.

DSC_0102

DSC_0095

DSC_0088

DSC_0089

DSC_0091

Une dernière petite balade sur le port et on reprend le tramway pour découvrir la ville de Sóller. On se perd dans ses ruelles rustiques et colorées, notamment parce qu’Arnaud se met en tête d’aller visiter le jardin botanique, dont on ne trouvera de toute façon jamais l’entrée.

DSC_0113

DSC_0112

Autre incontournable : l’Esglesia de Sant Bartomeu, de style gothique, imposante, au coeur même du village.

DSC_0111

DSC_0114

Avant de rentrer et en attendant le bus, alors que la nuit tombe, on s’arrête dans un petit bar pour prendre un goûter un peu tardif : l’ensaïmada, une petite pâtisserie sucrée, spécialité de l’île de Majorque, qu’on aura l’occasion de tester une nouvelle fois, le lendemain, cette fois-ci à Palma.

Et c’est avec cette petite douceur qu’on referme la parenthèse de tranquillité et de vacances à Sóller, puis plus généralement à Mayorque, qu’on quittera deux jours plus tard, les souvenirs de nos vacances réussies en tête.